Historique

Un dimanche de mai 1979 les membres de la FEMEC (Fédération des Eglises et Missions Evangéliques du Cameroun) qui tenaient leur Assemblée Générale à Mokolo, avaient décidé d'aller prendre la Sainte Cène à Tourou un petit village situé à 36 km. Le Pasteur qui venait d'implanter l'Eglise dans ce village a fait une prédication au cours de laquelle il a rappelé l'expérience qu'il a vécue dans cette localité. En effet Tourou était un village d’animistes placé sous le contrôle des féticheurs. Le message était donc porteur d'un double appel : premièrement à l'endroit des habitants de Tourou pour leur demander de changer de vie, de se confier à Christ qui est le chemin, la vérité et la vie; deuxièmement à l'endroit des visiteurs pour demander leur soutien dans la prière pour l'évangélisation; car à l'instar des Hdi de Tourou, des centaines d'ethnies au Cameroun restent encore non atteintes par la Parole de Dieu. Après le culte on a immédiatement enchaîné avec le repas du Seigneur. A la fin, un jeune Hdi, M. Ndawaka Pierre a levé le doigt et a dit: "Aidez-nous aussi à avoir la Parole de Dieu traduite en notre langue". Le Dr Pierre Emmanuel Njock, linguiste de son état, personne ressource pour les langues camerounaises, s'est senti concerné par cette interpellation.

Il a entrepris des actions dans deux directions. D'abord, il a parcouru le Cameroun et a découvert que sur 265 langues vivantes, 22 seulement disposaient d’une Bible, d’un Nouveau Testament ou juste d’une portion de texte en langue maternelle. Il a ensuite rencontré les dirigeants des églises, les organisations chrétiennes pour discuter de la création d'une organisation nationale de traduction de la Bible. Cette organisation devait servir comme bras de l'Eglise pour mettre à la portée de chaque camerounais la Parole de Dieu dans sa langue de cœur, sa langue maternelle. C'est ainsi qu’en 1981, les membres de la SIL, de l'ABC et certains dirigeants d'Eglises se sont accordés avec Dr Njock pour créer la CABTA (Association Camerounaise pour la Traduction de la Bible). Les textes officiels ont été rédigés en 1982 et déposés auprès de l'Administration Territoriale Camerounaise. La reconnaissance officielle est survenue le 28 Octobre 1987. Actuellement, la CABTAL (Association Camerounaise pour la Traduction de la Bible et l’Alphabétisation) a achevé la traduction du NT dans les langues : Konzime, Ejagham, Kom, Mundani, Nomaande, Oku, Ngiembon, Bakossi, Denya, Kenyang, Mata’, Bum ; une Bible (AT) en Lamnso. La CABTAL est active dans plus de 83 projets de langue dont plusieurs sont en voie d’achèvement, et d’autres dont les Nouveaux Testament sont presque prêts. La CABTAL compte incessamment commencer des activités dans toutes les langues du Cameroun qui en expriment le besoin. Elle participe ainsi avec d’autres agences de traduction de la Bible, à l’accomplissement de la vision 2025.

Il reste encore plusieurs dizaines de langues au Cameroun qui ne possèdent pas la Parole de Dieu traduite.